mercredi 28 décembre 2011

Tout va bien

Tous les jours, outre deux cachets d'antibiotique, durant trois séances de 15' j'inhale en grommelant  les vapeurs de la mixture prescrite par le grand docteur. Juste après la séance, je reçois un os de peau séchée, ça compense! 
Je tousse encore de temps en temps, normal : ça se détache, encore un jour ou deux.
En attendant, je pète la forme...

lundi 26 décembre 2011

Problème de santé, déjà.

Comme prévu, beaucoup d'humains ont débarqué à la maison. Ils sont presque arrivés en même temps. Je ne savais plus où donner de la tête ou du flair. Le vertige !
Impossible de dormir, ils n'allaient pas se coucher ceux-la, et puis les odeurs de nourriture me rendaient un peu fou. Je n'ai pu cacher plus longtemps mes côtés de chapardeur et je suis un rapide ;-)
Déjà samedi soir, quelque chose me grattait dans la gorge. Dimanche, ces grattements me faisaient de plus en plus tousser*. Conséquence : le soir je me suis retrouvé chez le grand homme qui soigne. Il m'a piqué dans la cuisse. J'en ai marre de le voir celui-là !
Rentré à la maison, mon maître m'a fait entrer dans une petite niche, fermée par un grillage, au travers duquel il a introduit un tuyau qui projete un nuage de vapeur. J'y suis resté un petit quart d'heure.
Ça grattait beaucoup moins.
Ce matin, après le petit déjeuner, de nouveau la niche et le brouillard.
Et... je ne tousse plus ou presque plus.


* diagnostic : j'ai attrapé la toux du chenil durant mon séjour au refuge de la SPA.

samedi 24 décembre 2011

Terra incognita

Pour la première fois, profitant du temps sec et  ensoleillé, nous sommes partis, le maître et moi, faire le tour du patelin.
Nous sommes à la campagne, nous longeons des champs et des prés et traversons un ou deux quartiers où les humains et les chiens sont nombreux. C'est un arc en ciel de nouvelles odeurs et de bruits.
J'aurais souhaité que cette randonnée ne se termine pas.
Je me sens bien avec lui. J'essaye de comprendre ce qu'il me veut. J'entends de nouveaux mots comme : "tir pa, gôche, allé, stop, assi". Il est patient et il me les répète souvent. J'ai marqué tout mon parcours par mon odeur et j'en ai senti un tas de nouvelles.
Pour rire, on pourrait dire que j'ai posté un tas de courriers et que j'en ai relevé beaucoup ;-)
Ma maîtresse, pendant ce temps-là, continue de préparer la maison pour la réception de ce soir.
Je l'aime beaucoup. Elle est très douce, comme sa voix (sauf quand j'ai fait des bêtises, comme hier !)

vendredi 23 décembre 2011

Le soeur que je ne connaîtrai jamais

Qui dit mieux ?
J'ai passé ma première nuit dans ma nouvelle maison, sans problème.
Je fus réveillé par ma maîtresse vers laquelle je n'ai pu m'empêcher de bondir pour lui faire part de ma joie et de mon bonheur d'être là. Peu après, le maître est apparu et de nouveau, je n'ai pu ne pas sauter comme une grosse puce. Mon coeur alors bat si vite que je frissonne et que j'en perds le souffle.
C'est alors qu'une belle histoire m'a été racontée, concernant une soeur boxer qui a disparu juste avant que je n'arrive dans ce nouvel Eden.  Il paraît qu'elle n'était pas beaucoup plus grande que moi, qu'elle était intelligente et câline et d'une beauté à couper le souffle d'un jeune mâle comme moi. Elle n'avait que deux ans en plus que moi. Elle s'appelait Fiona.
Ses derniers jours ont été malheureusement très pénibles et douloureux. Je sens que mes nouveaux maîtres en ont beaucoup souffert . C'est peut-être pour cela que j'ai reçu un tel accueil et que je perçois tant d'amour. J'aurais voulu la connaître et lui apporter toute ma joie de vivre. Dommage. Heureusement, je peux aller la retrouver sur son blog. Faites comme moi, allez-y : le blog de Fiona.
Puisque nous sommes entre nous, sachez que cet après-midi, je me suis fait disputé, pour la première fois...
... J'ai eu très peur lorsque mes maîtres m'ont laissé quelques instants pour aller faire leurs dernières courses avant demain, parait-il jour de grande fête familiale. On dit que je vais rencontrer beaucoup de nouvelles grandes personnes, et des plus petites aussi. Je sens que je vais leur montrer mes talents de sauteur et de lécheur !
Mais pourquoi cette dispute ?
Et bien, durant leur courte absence, j'ai fait un réel carnage dans la plupart des pièces de la maison et le qualificatif "réel" n'est pas trop fort. Je n'entrerai pas dans les détails mais j'ai vraiment mis les petits plats dans les grands, je me suis surpassé.
Je découvre ainsi que mes maîtres aboient beaucoup plus fort que moi !!

jeudi 22 décembre 2011

Une deuxième naissance

C'est un tout  grand jour.
Je viens de quitter les cages de la Société protectrice des animaux, section de Charleroi, où je végétais depuis plusieurs semaines, sans espoir.
Des maîtres sont venus me voir par surprise. On nous a présenté et on s'est tout de suite aimé !
Embarqué dans une voiture blanche que je ne connaissais pas, je me suis retrouvé rapidement dans mon nouveau chez-moi.
J'y ai bu et mangé et joué. J'ai découvert la maison, pièce par pièce ainsi que mon nouveau panier. J'aime bien, beaucoup.
Je suis un "Beagle-Harrier" né le 8 juin 2008 quelque part, je ne sais pas où. J'ai oublié mon nom. On m'appelle maintenant Yuli* qui signifie "plein de jeunesse". J'aime bien. Bien que mes ancêtres soient britanniques, je trouve que ce nom d'origine basque, russe ou chinoise me va bien.
Le soir, on m'a présenté un grand bonhomme à la voix chaude qui m'a examiné, palpé, pesé, nettoyé les oreilles. On m'a dit que c'est un docteur pour les animaux et qu'il sera toujours là pour me soigner si j'ai un bobo.
Je suis pas très grand, je pèse 15 kilos et demi et je suis musclé.
Je suis fou de joie, même après un bain pris ce soir dans une grande baignoire blanche, juste après la visite chez le grand docteur..
On s'intéresse à moi, on s'occupe de moi et on est doux avec moi.

Juste avant le bain
J'ai envie de rester, je veux rester...













* prononcez iouli